Acidulé  Joëlle Bertrand

Histoire courte

 

 

 

 

                               Extrait d'une NOUVELLE tiré du livre ' MOUANA'

 

Voyage-imaginaire-n-4-copie-1.jpg

 

 

 

 

'VOYAGE IMAGINAIRE'

 

La piste s'enfonçait, tel un serpent dont la longueur n'en finissait pas, dans

la forêt dense et verdoyante.

De couleur beige et marron, parfois plus sombre, elle avançait dans les creux,

les rivières et les ravins, puis remontait à l'assaut des collines pour redescendre

en une pente vertigineuse dans le lit d'un ruisseau.

 

Mouana imaginait cette route, si on peut l'appeler ainsi, comme un lacet, une anguille,

un serpent tout simplement, qui disparaissait sous les arbres, puis ressurgissait

comme par magie.

La fillette était assise à l'arrière de la voiture, sur le renflement des pneus, se tenant

tant bien que mal aux arceaux du véhicule.

Ses longs cheveux blonds aux reflets roux étaient rassemblés sous une casquette.

Elle menait la danse, faisait avançer la piste comme un chef d'orchestre.

A chaque coup de baguette, la route apparaissait encore plus tortueuse et menaçante.

 

Suivant les virages, les ponts de bois, les ornières, la fillette voyait des géants de bois

qui venaient sur elle. Battant le rythme avec leurs longues branches comme les archets

des violons.

La jeep bondissait sur les cailloux, se tordait dans les tournants, grinçait et gémissait

aux abords des fossés.

 

L'adolescente était métarmophosée en une libellule aux ailes transparentes et au corps

de couleur vert d'eau.

Sa robe était faite de soie précieuse avec un léger duvet, lui moulant le corps.

Ses antennes étaient relevées de petits boutons d'or à chaque extrémité.

Elle contemplait de sa hauteur, en battant des ailes, le spectacle que représentait ce voyage,

aux odeurs de bois humide et de fumée.

 

 

Voyage-imaginaire-n-6.jpg

 

 

Le petit insecte évoluait dans cet univers terrifiant.

Mouana était cette petite libellule.

Elle était secouait, d'un côté et de l'autre dans la voiture, comme une balle qui rebondissait.

Tout en essayant en vain de s'aggriper avec ses petites mains.

De ses ailes fragiles elle essayait de se stabiliser, de ses pattes fines gantées de noir,

elle cherchait à s'accrocher.

Ses antennes se courbaient et retombaient sur ses yeux, comme une grande mèche

de cheveux.

 

Son imagination était fertile, ce voyage était un danger, elle allait se casser en un millier

de morceaux, comme une délicate porcelaine...................

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour connaître la suite des aventures de la FILLETTE, commandez

le livre :

 

 

1 face livre Mouana                                                                                  (lien direct)

 

 

 

 

 

(Ce n'est pas que pour les enfants ..... de 7 à ..... tous les âges)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article